HONNEUR et AGRICULTURE


L’HISTORIQUE ORDRE DU MERITE AGRICOLE


Institution de l'Ordre du Mérite agricole
et création du grade de chevalier


Lorsqu'en 1883 Jules Méline devient ministre de l'Agriculture dans le gouvernement de Léon Gambetta, un de ses premiers actes fut la création d'une distinction spécifique pour récompenser les services rendus à l'agriculture.
Rappelant que la richesse nationale vient de l'agriculture, il constate que la " population agricole est considérable - plus de dix-huit millions de Français vivent de cette industrie (...) et contribuent puissamment par leur travail au développement de la richesse publique " et il note que " un grand nombre d'agriculteurs, d'agronomes, de professeurs, de savants, le labeur est incessant, les dévouements nombreux et les récompenses rares ".
Considérant l'importance de la population agricole, il était impossible de récompenser les mérites par le contingent très modeste de la Légion d'honneur mis à sa disposition. Il pense que " le moment est venu de créer des récompenses honorifiques spéciales permettant au Gouvernement d'honorer les serviteurs dévoués de l'agriculture ".
Tel fut l'objet du décret du 7 juillet 1883, portant création de l'ordre du Mérite agricole et du grade de chevalier.
Le ministre fondateur ne doute pas que " cette institution, qui est conçue dans l'esprit démocratique le plus large, sera accueillie avec reconnaissance par l'agriculture française, qui verra une nouvelle preuve de la sollicitude du gouvernement de la République et un encouragement à redoubler d'efforts pour conserver le rang qu'elle doit occuper dans un pays dont elle fait la richesse et la force "
.

Création du grade d'officier

Le Mérite agricole ne tarde pas à jouir d'une haute estime dans le monde agricole, au point qu'à peine quatre ans après sa création, François Barbe, nouveau ministre de l'Agriculture, propose d'augmenter le contingent de chevaliers et de créer le grade d'officier. Cette proposition aboutira avec le décret du 18 juin 1887.

Création du grade de commandeur

Quelques années plus tard, un autre ministre de l'Agriculture, Jean Dupuy, fait le même constat que ses prédécesseurs et rappelle les motivations qui ont conduit à la création de l'ordre du Mérite agricole : " Il est permis de dire que l'essor pris depuis 1883 par notre agriculture, les initiatives qu'elle a multipliées, les résultats qui ont été obtenus ont été la meilleure justification de la création de l'ordre nouveau.
Il est indéniable qu'il a contribué à susciter et à encourager des dévouements et des entreprises qui ont très largement servi l'intérêt national. Le succès du Mérite agricole a grandi avec notre activité agricole elle-même. Cette décoration est devenue un insigne recherché... Il suffira pour en indiquer la valeur de dire qu'elle n'est pas seulement sollicitée pour le cultivateur ou le viticulteur exploitant, mais aussi pour le grand propriétaire foncier, pour le publiciste, l'administrateur ou le savant, qui tous, à des titres divers, concourent à la prospérité de notre production rurale ".

La " Légion d'honneur agricole "

Dans l'esprit de son fondateur, le Mérite agricole devait avoir une valeur exemplaire et constituer en quelque sorte " une Légion d'honneur agricole ". Cette même inspiration avait conduit à retenir initialement pour l'insigne des caractéristiques analogues à celles de la croix de la Légion d'honneur.
Ce modèle n'a pas été retenu, mais les deux liserés rouges qui bordent le ruban moiré vert du Mérite agricole symbolisent la prestigieuse institution.

Le " poireau "

Lors de sa création, le grand public et les journalistes cherchèrent à tourner en dérision la nouvelle "décoration des champs" et lui infligèrent le sobriquet de " poireau " qui lui restera.
Ce nom lui a été donné par analogie à l'insigne constitué d'une étoile émaillée de blanc suspendue à un ruban dont la plus grande partie est verte et à la plante potagère avec son bulbe blanc surmonté d'un panache vert.